photo expatrié en réflexion

Voilà déjà 11 ans que je suis parti de Londres… Dire qu’il a aussi presque 10 ans, j’habitais à Dublin ! Le temps passe vite. Ça sonne vieux de parler comme ça. Pourtant, je suis encore jeune. je suis parti alors que je n’avais que 21 ans.

Je suis parti directement après avoir raté mon BTS. Avec le recul, voici donc quelques conseils d’expatrié que je donnerai à ceux qui veulent partir à l’étranger et y vivre aujourd’hui…

Je ferai mon passeport avant de partir…

C’est en fait l’un de mes plus gros regrets lorsque je suis parti en Angleterre ! Je suis parti sans passeport.

Tout le monde dit : « Une carte d’identité suffit pour voyager ». Ce n’est pas vrai !

Même si vous n’allez voyager qu’en Europe, le passeport va vous être utile. Ne serai-ce que pour ouvrir votre compte bancaire (et ne pas faire cette opération 4 mois après votre arrivée !).

De plus, la plupart des banques ou autres institutions passé la frontière n’ont aucune idée à quoi ressemble une carte d’identité Française. D’où certaines difficultés lorsqu’on on vous demande une pièce d’identité et que vous présentez cette carte…

Bref, le passeport, tout le monde connait, peu importe dans quelle partie du monde on se trouve !

Conseil d'expatrié : obtenir un passeport

Je ferai plus d’économies

Lorsque je suis parti en Angleterre, j’ai pu trouvé un boulot en 3 jours… Aujourd’hui, en fonction des conditions économiques, c’est sûrement un peu plus difficile.

Si j’avais eu un peu plus d’argent pour m’installer sur place, j’aurai également eu plus de temps pour trouver un boulot mieux rémunéré.

L’argent n’est pas vraiment une bonne excuse pour ne pas partir. Sur place, on peut toujours se débrouiller en faisant des petits boulots. Cependant, 3 mois de salaire, c’est ce que je recommanderai comme somme à rassembler avant de partir.

Plus d’argent économisé, c’est plus de liberté à l’arrivée…

Prenez des cours de langue sur place !

Je ne pensai pas le faire au départ, mais les cours d’Anglais à Londres m’ont beaucoup aidé. Lorsque l’on arrive dans un nouveau pays, à l’auberge, on se retrouve souvent avec les personnes qui apprennent la langue du pays également. C’est ce qui m’est arrivé. Du coup, mon anglais ne progressai pas rapidement.

Salle de Classe, par Ryan Tyler Smith, sur Flickr
Salle de Classe, par Ryan Tyler Smith, sur Flickr

Au boulot, en temps que commis serveur, ma marge de progression n`était pas énorme non plus. Les cours privés m’ont permis de passer certains blocages et de corriger les fautes de langage que je faisait durant la journée !

J’éviterai de passer par une agence de placement !

En partant en Irlande en 2005, j’ai fait le choix d’avoir un boulot avant de partir sur place… Et de payer une agence pour me trouver du travail. C’est l’une des plus grosse erreur que j’ai fait.

Je n’avais jamais été à Dublin avant de vouloir m’expatrier là bas. Pas non plus d’idée à quel point les accents peuvent être différents pour un pays de cette taille.

Du coup, je ne me suis pas rendu compte des difficultés qui m’attendait avec le travail en tant que réceptionniste d’hôtel, même avec une expérience de 6 mois à Londres !

Cet argent, donnée à l’agence, j’aurai pu l’utiliser pour prendre des cours d’anglais sur place, ou pour me permettre de patienter et de trouver un boulot plus adapté à mon niveau d’anglais pour commencer.

Je choisirai un boulot avec des horaires plus facile

Etre commis serveur à Londres, ça ne demande pas énormément de connaissances, mais c’est très physique… Je me souviens des collègues Français qui avaient tous la vingtaine, comme moi… La plupart démissionnaient au bout d’un mois ! Sur le moment, je pensai qu’ils avaient tord, maintenant je pense le contraire.

Je travaillais souvent plus de 40 heures par semaines. Souvent avec des nuits courtes. Par exemple, lorsque je finissait à minuit pour recommencer le lendemain à 6 h 30 du matin ! Avec le recul, rien de bien constructif pour progresser rapidement.

Pour comparer avec Toronto, j’ai commencé par travailler à mi-temps, dans un centre d’appel à faire des sondages par téléphone.

Cet emploi à mi-temps m’a permis de continuer à chercher un travail plus intéressant où j’ai pu évoluer par la suite. J’ai eu beaucoup plus de temps libre pour me faire des amis également. Pensez-y avant de postuler !

Conseil d'expatrié : prenez le temps de vous relaxer
Take it easy par Matty Ring, sur Flickr

Partez le plus tôt possible !

Avant la préparation pour mon voyage à Londres, on m’a donné l’occasion de partir en stage à l’étranger deux fois… Et j’ai refusé ! Aujourd’hui, je choisirais de partir le plus tôt possible !

En effet, lorsque l’on fait des études, on a souvent la pression de l’école ou de son entourage pour suivre un parcours bien tracé… Dans mon cas, c’est surtout moi qui me mettais la pression, ou plutôt j’avais peur de ne pas réussir.

Partir et découvrir un nouveau cadre de vie m’a permis de m’ouvrir plus aux autres, de découvrir d’autres façons de penser, et de faire évoluer mes idées. Il n’ai jamais trop tard pour partir à l’aventure, mais partir après mon bac par exemple aurai pu influencer mes études d’une manière positive.

Photo d'expatrié, à Londres en 2004...
Photo de Groupe, Londres 2004…

Avec le temps, j’ai vite compris que les voyages forment la jeunesse, pas les études !

Assez parlé de moi !

Voici donc les choses que je changerai avant de partir pour m’expatrier… Ces conseils donnés ici auraient rendu mes premières expériences plus agréables si je les avais reçu 10 ans plus tôt.

Bien sûr, lorsque l’on part vers l’inconnu, il y a toujours des surprises. Ça fait partie de l’aventure. Il faut l’accepter, c’est le sel de la vie. Alors, ne réfléchissez pas trop avant de vous décider !

Et vous ? Etes vous déjà parti vous installer dans un autre pays ? Comment çà c’est passé ? Sinon, quand-est-ce que vous partez ? C’est le moment de partager vos expériences d’expat’ et de poser vos questions dans les commentaires ! 

2 COMMENTAIRES

  1. Pas de questions pour ma part, mais article très intéressant avec des conseils utiles !! :)
    (p.s. : c’est pas pressé, mais c’est quand qu’elle marchera, ta newsletter? ^^ )

  2. Tout ce que tu dis est bien vrai. Le passage par des intermédiaires est souvent onéreux mais rarement utile!! De plus c’est la recherche par soi-même qui est le plus formateur…
    Sinon je n’ai également qu’un seul « regret », ne pas être parti plus tôt, car c’est souvent bien plus facile q’on ne se l’imagine ;-)

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here