photo du rocher au Japon avec aala
Faire le tour du Japon à pied, le parcours incroyable d' Aala...

Quelquefois dans la vie, en lisant le journal ou simplement en parcourant le web, on est surpris… Surpris ou même admiratif, de découvrir des projets un peu fous… Celui d’Aala est de faire le tour du Japon à pied ! Un drôle de voyage. Pour vous, j’ai eu le plaisir de poser quelques questions à Aala. Il nous en dit plus sur son voyage et vous donne quelques conseils si vous aussi, vous souhaitez partir au pays du soleil levant…

Bonjour, Aala, tu as décidé de partir faire le tour du Japon à pied. Pour ceux qui ne te connaissent pas, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Aala, j’ai 32 ans (bientôt 33), je suis parti faire un tour du monde le 5 novembre 2009, pour un an. Sauf que ce tour du monde ne s’est pas déroulé comme prévu puisque je ne suis jamais rentré en France depuis. J’ai eu l’occasion de faire un WHV en Australie, un au Canada et ensuite d’enchainer avec un PVT Japon.

Depuis 2011 je vis au Japon où je me suis installé, au fil des mois, alors que ce n’était pas planifié à la base. Je devais passer un an sur place, mais plus les jours passaient et plus je me rendais compte que je voulais découvrir ce pays plus en détail. Et, au fil du temps a émergé une idée dans ma tête : faire le tour du Japon à pied sur 10.000 km en passant par toutes les préfectures du pays. C’est à ce moment qu’est né le projet CAP 10.000 Japon.

Pourquoi ce nom ? Tout simplement parce que je veux parcourir au minimum 10.000 km à pied, rencontrer au moins 10.000 Japonais, prendre au moins 10.000 photos et 10.000 secondes de vidéos afin de présenter 10.000 aspects différents du Japon.

Portrait d'Aala Kanzali en voyage au Japon...
Aala Kanzali, sous les cerisiers au Japon…

2) Combien de kilomètres as-tu déjà parcourus ? Quelles sont tes impressions après 7 mois de route ?

J’ai commencé Cap 10.000 Japon le 6 juin 2016 depuis Soyamisaki (Hokkaido), le point le plus au nord du Japon ! Et j’ai atteint la ville de Fukuoka, plus au Sud, après avoir marché pas moins de 3.750 km.

J’ai kiffé, disons-le clairement. Ce n’était pas toujours facile, il y a des jours (notamment sous les fortes pluies dans la montagne, avec de longs tunnels à traverser et des ours dans les environs) où on se déteste, mais je suis allé au bout à chaque fois et j’ai vraiment kiffé !

3) Tu as fait une pause de quelques mois… Peux-tu nous dire pourquoi ? Quand repars-tu ?

Une (belle) chose, imprévue s’est déroulée. Avant mon départ j’ai appris que ma femme était enceinte. Je ne pouvais plus reporter le départ (j’avais déjà dû le reporter d’un an et demi à cause d’une rupture du ligament croisé du genou) alors j’ai décidé, qu’au lieu de faire le tour du Japon à pied en une seule fois que je le ferais en trois fois avec des pauses pour que je puisse profiter de mon bébé.

Je vais retourner dans la ville de Fukuoka le 14 mai 2017 et reprendre la route le 1er juin direction Okinawa et plus précisément l’île de Hateruma, le point le plus au sud du Japon !

Photo d'Aala, en randonnée avec son chariot
Aala, en voyage avec son chariot de randonnée…

4) Pour la première partie de ton voyage, tu as décidé de voyager avec un chariot à la place d’un sac à dos. Est-ce que ton équipement va changer pour la seconde partie de ton voyage ? Est-ce que tu peux nous décrire son contenu ?

Alors, pour ce qui est de l’équipement du voyage, je ne compte pas changer. Avant le grand départ, j’avais déjà marché de Tokyo jusqu’au Mont Fuji, de Tokyo jusqu’à Fukushima et de Tokyo jusqu’à Nikko et à chaque fois ce fut avec un sac à dos. Je pus voir que ce n’était pas ce qui était le plus approprié, notamment au niveau des genoux. C’est pourquoi je suis parti avec un chariot de randonnée.

Alors, le chariot chargé pèse 40kg. Il y a mes vêtements, des pièces de rechange, mon matériel photo et vidéo (qui pèse plus de 10kg à lui tout seul), mon ordinateur et quelques petites bricoles.

5) Est-ce que tu as prévu de camper sur ton parcours ? Est-ce qu’il y a des règles particulières au Japon ?

Alors, souvent, on associe voyage à pied avec camping. J’ai décidé de ne pas privilégier ce mode de logement pour ce voyage. Ce qui ne veut pas dire que je ne vais pas en faire. Sur la première partie, j’en ai fait deux fois.

Pourquoi je n’en fais pas beaucoup ? Parce que tout simplement je veux pouvoir rencontrer un maximum de Japonais sur la route et pour cela, il n’y a rien de mieux que de dormir dans les Minshuku (les chambres d’hôtes) où on est en contact avec les locaux et des voyageurs de tout le pays. Avant mon départ j’avais décidé d’apprendre le japonais et grâce à cela j’ai pu discuter avec beaucoup d’autochtones et me faire de nombreux amis Japonais.

Et puis, une chose à laquelle très peu de personnes pensent : la météo. Au Japon il y a des saisons des pluies at aussi des saisons des typhons, ajoutés aux jours où il pleut et à ceux où il fait froid, je me suis dit que sur un long périple comme celui-là je préférais privilégier un bon repos pour rester toujours en forme pour marcher de grosses journées.

Portrait d'Aala, en tenue de pèlerinage...
En tenue de pèlerinage…

6) Comment gères-tu tes repas ? Quel est ton plat préféré que tu as mangé sur la route ?

Alors, lorsque je dors en Minshuku ou en Ryokan, je mange mon petit-déjeuner et mon dîner sur place. Lorsque je dors en camping ou en hôtel (ce qui arrive parfois) je mange dehors. Le midi, les jours où je marche, je mange souvent dans des Konbini (ces petites supérettes japonaises ouvertes 24H / 24) ou dans des petits restaurants au bord de la route. Il arrive aussi que je mange avec des Japonais rencontrés sur la route.

Le meilleur repas que j’ai mangé était dans un restaurant dans la ville de Kitakyushu (Fukuoka – Kyushu). Avec un Japonais rencontré sur la route, on a mangé dans un restaurant de poissons. Sushi, Sashimi et autres spécialités bien fraîches ont fondu sur ma langue.

7) Est-ce que tu communiques souvent avec tes proches ? As-tu des moments de solitude ?

Oui, quasiment tous les jours. Merci à la technologie.

Je n’ai eu aucun moment de solitude parce que tous les jours je rencontrais de nouvelles personnes ou que j’étais en contact avec les proches. Et puis, j’aime aussi avoir des moments un peu plus solitaires, rien que pour moi, d’où le côté bénéfique de cette aventure.

Portrait d'une rencontre avec des Japonais en voyage, pendant le tour du Japon.
Rencontre avec des Japonais en voyage…

8) Est-ce que tu as déjà fait de mauvaises rencontres en chemin ? Est-ce que tu t’es déjà senti en insécurité ? Comment as-tu géré ?

Jusqu’à aujourd’hui je n’ai fait aucune mauvaise rencontre. Les Japonais sont extrêmement accueillants et bienveillants. Je n’ai fait que de belles rencontres avec des gens souriants et curieux. Je me suis fait un nombre incalculable de nouveaux amis sur la route. Je pense que le fait que je sois toujours souriant (ou presque) y soit pour beaucoup.

9) Lors de tes 10 000 kilomètres, tu as décidé de rencontrer pas mal de monde. Quelle est ta plus belle rencontre jusqu’à présent ?

Je n’ai pas vraiment de plus belle rencontre pendant cette marche. J’ai beaucoup de belles rencontres comme avec Sato-san, ce Japonais parlant français et qui m’a invité à découvrir sa sublime ville de Sakata (Yamagata) ! Un pur bonheur. Ou alors, ce Japonais âgé, non loin de la ville de Nozawa Onsen avec qui j’ai sympathisé et qui m’a déjà envoyé une lettre de trois pages pour me souhaiter la bonne année. Que de belles rencontres, c’est sûr, toutes aussi belles les unes que les autres.

Portrait avec des Maiko (apprenties Geisha) pendant le tour du Japon
Portrait avec des Maiko (apprenties Geisha)

10) S’il y a un endroit à voir sur ton parcours, que tu devais recommander aux voyageurs, ce serait lequel ? Pourquoi ?

Matsue, Matsue, Matsue, Matsue, Matsue, Matsue, Matsue …. Matsue !!!! C’est bon ? C’est entré dans vos têtes ? Haha ! Gros, mais alors vraiment gros coup de cœur pour moi, un coup de foudre dès les premiers instants dans la ville. Et j’irais même plus loin que Matsue en ajoutant Izumo, Oda et Hamada … Enfin toute la préfecture de Shimane. C’est une zone méconnue des étrangers au Japon, mais aussi des Japonais eux-mêmes.

Des villes sublimes, avec beaucoup de culture et une Histoire riche, avec des paysages à couper le souffle et des décors qui te donnent envie de vivre sur place ! Une belle région pour faire de belles rencontres, vivre le Japon de l’intérieur, découvrir une zone encore peu touristique et sublime à souhait ! Et puis, moi qui les adore, il y a des Onsen qui valent le détour !

11) Pendant ton voyage, quel est l’endroit le plus insolite où tu as dormi jusqu’à présent ?

Il n’y a pas vraiment d’endroit insolite sur la route que j’ai suivie jusqu’à maintenant. Mais sur la deuxième et la troisième partie, il se peut qu’il y en ait quelques-uns. Ah si, j’avais failli oublier, j’ai dormi dans le plus vieil hôtel au monde, ouvert en 718 et reconnu par le Guiness Book ! Une sacrée belle expérience avec un patron qui est une véritable crème !

12) Si tu as un conseil à donner aux personnes qui souhaitent voyager à pied pour la première fois, ce serait lequel ?

Préparez-vous, testez-vous ! Ne partez pas du principe que « c’est juste marcher » parce que ce n’est pas le cas ! Votre corps va prendre une sacrée charge d’efforts et vous vous devez de connaître ses réactions en conditions réelles.

Et puis, ne partez pas du principe qu’un voyage à pied ce n’est pas cher. C’est plutôt faux puisque le voyage est plus long et demande donc des dépenses de bases (nourriture, boissons, logements, matériels …) en conséquence !

Portrait d'Aala, en kimono traditionnel au Japon
Aala, en kimono traditionnel au Japon

Merci, Aala, d’avoir pris le temps de répondre à cette interview ! Et vous ? Vous avec déjà fait un voyage à pied ? Dans quelles conditions ? Vous êtes déjà parti au Japon ? Pour suivre les aventures d’Aala, rendez-vous sur son blog Un Gaijin au Japon

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here