Retour aux sources, loin des réseaux sociaux...

 Il y a longtemps que je n’ai rien publié ici… Non, je n’ai pas l’intention d’arrêter d’écrire ici. J’avais juste besoin d’une pause loin du web et des réseaux sociaux.

Un peu de temps pour réfléchir…

Après avoir vécu une série d’événements personnels difficiles, j’ai eu besoin de me rapprocher de ceux que j’aime. J’ai eu besoin de prendre le temps de vivre pour moi et pour mes proches.

Des moments tristes et difficiles, tout le monde en vit à un instant ou à un autre. La perte de proches, le stress du quotidien, une déprime… Quelquefois tout s’enchaîne… Ce sont des expériences que l’on ne souhaite à personne.

Pendant ces quelques mois, je n’ai souhaité que peu de choses… Je cherchais à me divertir l’esprit pour ne pas sombrer dans la déprime. J’appréciais juste de pouvoir profiter de choses très terre à terre, comme d’un bon resto avec la femme que j’aime. Dans ces moments-là, on s’accroche simplement aux petits bonheurs de la vie au jour le jour, comme un retour aux sources.

Pourquoi toujours faire croire que l’on est heureux ?

S’il y a une chose que j’avais particulièrement du mal à supporter pendant cette période, c’est l’engouement néfaste de certains pour les réseaux sociaux

Je pense par exemple à ces gens qui postent tous les jours leurs photos sur Facebook ou Instagram. Pour la pose, ils ont leur plus beau sourire. Ce sont ceux qui vous font croire que la vie est belle et douce tous les jours.

Notre vie (celle de la plupart d’entre nous), elle est loin d’être parfaite. Elle vaut de vivre chaque instant et de profiter de chaque moment. La vie est belle mais fragile. La vie est quelquefois cruelle aussi. On ne s’en rend compte que rarement. Il faut apprendre à en profiter chaque jour.

Je voudrais dire à ces gens d’arrêter de poser partout avec leur selfie stick… La vie, la vraie, elle est courte. Elle vaut d’être vécue autrement.

Je rêve de revenir 15 ans plus tôt…

Pourquoi se lever chaque matin et choisir de regarder son compte au réveil ? La vraie vie elle est ailleurs ! Il y a 15 ans, Facebook Snapchat, Twitter… Tout ça n’existait pas.

On râlait tous après notre putain de connexion et on trouvait ça trop lent. Moi le premier. Pourtant, je me mets quelquefois à rêver de pouvoir revenir en arrière

Je me rappelle de ma première connexion Internet. C’était génial, je pouvais parler avec des gens du Québec. Je rêvais devant les pubs de Wanadoo… Ou même (miracle), je pouvais améliorer mon anglais (sans même partir à Londres) et discuter avec le monde entier en tapant du texte !

Je mettais deux heures à taper une phrase. J’avais 20 heures de connexion à gérer pour tout le mois. J’avais un minuteur. Le même qu’on utilise dans la cuisine pour calculer le temps de cuisson des œufs à la coque.

C’était la dèche… En même temps, quand j’y repense, c’était magique !

Cet épisode du web que j’ai loupé…

J’ai quelquefois l’impression que mes voyages m’ont fait louper un épisode… Celui où le web est passé de la version 1 à 2.0

Je me souviens pourtant de ce moment où internet à 128 kb/s était encore trop lent pour avoir envie d’y rester agglutiné toute la journée. Cette vitesse était encore trop lente pour que les réseaux sociaux puissent même se développer.

D’un coup, sans savoir pourquoi ou comment, on est passé au vrai haut débit… Et puis avec le temps , le progrès a évolué… Sans trop réaliser à quel point nous sommes devenus accros et dépendants de Facebook ou Twitter. On est à la merci du moindre like ! On vit notre vie par procuration !

Les réseaux sociaux, vus par Hannah Wei

Arrêtons de vivre dans le paraître et vivons vraiment !

Je pense à ces gamins de 15 ans qui visitent le Web aujourd’hui et passent leur temps sur les réseaux sociaux. Et si tous ces gens qui prétendent 24 heures sur 24 sur les réseaux servaient de modèle aux ados ?

Après tout, à cet âge, j’observais beaucoup moi aussi l’attitude des gens autour de moi… En tant qu’ado, j’ai cherché souvent à me fondre dans la masse, à être comme tout le monde… Puis j’ai cherché des modèles…

Je repense à mon expérience, je me rappelle quand j’avais 15 ans. Quelque part, la vie était plus simple. Je voudrais leur dire que la vie, ce n’est pas poser pour Instagram et partager tout ce qu’on mange sur Facebook. Il y a des joies, des peines…

Pourquoi toujours tout partager au point de ne plus avoir de vie privée ?

Après tout, il n’y a pas besoin de supporter autant de pression. La vie ne se résume pas simplement au paraître. Draguer les filles sur Snapchat, c’est nul, ça ne sert à rien. Il faut savoir partir à la rencontre des autres. Rencontrer les gens en vrai, c’est beaucoup mieux.

Et si on oubliait Facebook, Twitter et Snapchat ?

Aujourd’hui, je me surprends quelquefois à rêver de retourner 15 ans plus tôt. Et si Facebook tombais en panne ? Comment les gens réagiraient ? 

Où est passé le contact humain ? Est-ce que c’est un rêve ? Nous devenons esclaves des réseaux sociaux ! Le contact humain, j’ai souvent l’impression que c’est quelque chose qu’on oublie… Comme si le virtuel devenait trop facile.

La vie, ça pourrait être plus simple. Même à moi, il m’arrive de l’oublier ! Par exemple, à mon boulot, je communique souvent avec mon voisin de bureau par messages instantanés alors que je pourrais tourner la tête, et simplement lui demander son opinion pour un problème.

Il est temps d’apprendre à se déconnecter pour revenir à l’essentiel…

Ce que je voudrais dire, c’est que la vie est courte. La vie, ce n’est pas rester caché derrière son écran à observer et à attendre la réponse des gens. Il est temps de prendre sa vie en main.

Il est temps d’arrêter de réagir par écrans interposés. Rien ne peut remplacer les échanges physiques avec ceux qu’on aime. Alors voilà… Partons réellement à la rencontre des autres !

Les nouvelles technologies sont censées nous faciliter la vie. N’en devenons pas esclave pour autant. De temps en temps, il est bon de ralentir, de se déconnecter et prendre le temps de vivre. Ne l’oublions pas.

Alors vous aussi… Qu’attendez-vous ? Oubliez votre téléphone et sortez ! Vivez pour vous ! Fermez les yeux et respirez. Ce n’est pas si difficile de faire le vide. Pourquoi ne pas faire ce voyage ou cette randonnée dont vous avez toujours rêvé ?

Décalage Nature

5 COMMENTAIRES

  1. Bel article Vincent. :-)

    Je partage ton avis. Il m’arrive d’avoir envie de me déconnecter du virtuel qui peut prendre beaucoup de temps. Et puis, par moment c’est difficile de revoir les commentaires sur les réseaux sociaux. Les blogs, c’est plus pratique sur ce point-là. Sans compter que tu peux avoir plus d’échanges et de soutiens. C’est moins éphémère que les réseaux sociaux.
    Je te suis sur le fait de communiquer et de rencontrer les gens en vrai. Ce sont souvent de beaux échanges et ceux qu’on oublie rarement. On peut lors d’un voyages demander conseil à un local pour nous aider ou nous donner des idées. Un merci vaut un grand sourire et ça on s’en souvient. :-)

    De ma vie privée, j’essaie de ne pas trop publier de photos ou vidéos ou alors en limitant l’accès aux proches. Je pense que la communication en virtuel a pris trop le pas sur les échanges réels. On vit dans une société ou on nous donne l’illusion de ne pas être en sécurité, en créant des besoins qui seraient censer améliorer le quotidien. Ce qui n’est pas faux pour certains comme le gps, FB pour avoir des contacts avec la famille ou amis habitant loin. Mais le besoin de montrer ce que l’on pense, ce que l’on fait, ce qu’on a mangé, ce qu’on a vu, qui on a vu semble être une course à l’immédiat et aux likes. Qui se souvient à certains endroits ou on a été ? A part les archivistes, lol.

    Les photos de voyages sont un partage pour les proches, la famille mais aussi pour me faire des contacts. je m’inspire des photos ou récits de chacun (comme ton blog Vincent) pour m’améliorer. Quand je prends une photo, je suis plus posé qu’avant et je prends mon temps. Ce qu’il me permet de me déconnecter de la virtualité trop rapide et trop furieuse pour me contenter de vivre comme tu dis. J’aime être avec les autres et j’aime être seul mais je supporte de moins en moins la culture du virtuel dans certains endroits ou occasions. Restons civilisés et humains. ;-)

    • Arg, j’ai essayé de voir le documentaire lorsque ton commentaire était publié. Il est non disponible au Canada. Je laisse quand même le lien. Cela pourra peut-être inspirer les lecteurs. Peut être qu’il sera rediffusé ailleurs, qui sait ? :-)

  2. Bonjour Vincent,

    Bravo pour ce super article.
    Depuis maintenant deux mois que je suis sur Instagram, je me rends compte aujourd’hui que c’est devenu une véritable addiction.
    Comme tu as dis nous sommes des esclaves des réseaux sociaux, toujours à l’affût du moindre like et du moindre follower.
    Mais comme tu dis la vrai vie ce n’est pas ça.
    La vraie vie c’est voyager, faire des repas entre amis ou entre amoureux et s’amuser avec ses enfants par exemple.
    Je pense désormais que 1h par jour sur les réseaux sociaux c’est largement suffisant.
    Sinon nous ne voyons pas ce qui est beau en vrai !
    Avec mon mari nous partons en voyage en février en Russie.
    J’ai décidé de laisser mon smartphone à la maison comme ça je pourrai savourer chaque instant !
    J’encourage tout ceux qui veulent faire de beaux voyages à faire de même.
    En fait je me rends compte que sans réseaux sociaux, lorsque je suis déconnectée je me sens tellement mieux !
    Alors oui vivons la VRAIE VIE A PLEINE DENT !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here